Comment améliorer l’attractivité de la France ?

Point de vue d’une guide-conférencière

Pour moi, l’attractivité de la France serait déjà que les touristes s’y sentent bien accueillis et en sécurité.

Dès l’aéroport ou la gare, il manque du personnel pour renseigner, il manque de guichets. A Paris, le pompon va à la RATP qui remplace par des guichets « information » ceux de vente. De nombreux guichets sont même supprimés. Alors les touristes ont intérêt à avoir des cartes bancaires qui marchent. C’est une régression scandaleuse qui ne touche d’ailleurs pas que les touristes.

Le deuxième problème est la sécurité : travaillant surtout avec des touristes asiatiques, depuis 19 ans, j’ai pu remarquer la dégradation de la situation et donc de l’image de Paris et de la France. Un chef de groupe philippin racontait récemment qu’il se disait dans son pays qu’on ne connaissait pas les pickpockets tant qu’on n’avait pas été à Paris. C’est exagéré mais la réputation de Paris est exécrable et mon métier a changé dans ce sens que je dois veiller tout le temps à ce que mes clients soient attentifs sans pour autant les faire tomber dans la paranoïa. Tous mes clients s’ils font le tour de ville le matin sont presque sûrs d’être harcelés par des pickpockets à l’angle des avenues des Champs-Elysées et de Friedland ou sur le Champ-de-Mars. Quand on prévient nos clients que les pickpockets sont là tous les jours et qu’ils les voient, le plus difficile est d’essayer de répondre à leur question sur pourquoi rien n’est fait. Il y a un total déni de la gravité du problème de la part des autorités ou du je-m’en-foutisme. Il serait bon que nous proposions à notre personnel politique et autres responsables de faire un tour de Paris avec nous, guides, pour constater l’ampleur du problème ! .

Grands événements à Paris ? 
Si Paris n’est même pas capable d’offrir des lieux de dépose dignes de ce nom en temps normal que ce soit pour Notre-Dame ou Montmartre, il faut oublier l’idée d’organiser tout événement d’envergure dans cette ville, a fortiori des Jeux Olympiques.

Par contre, il faudrait faire des campagnes importantes pour promouvoir des sites d’exception hors Ile-de-France, en s’appuyant en particulier sur les sites inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO. De même, faire des campagnes pour développer les croisières fluviales ne serait-ce qu’auprès de la clientèle française (car pour l’instant cela concerne surtout la clientèle étrangère). Ce type de tourisme lent devrait correspondre aux objectifs de la COP21.

Isabelle N
Guide-conférencière