Touristes à Paris : entre rêve et arnaque

A voir sur Numéro 23 sur votre poste de télévision. 

Touristes à Paris : entre rêve et arnaque

Prochaine diffusion TV : le Vendredi 15 Avril à 10h40

Magazine de société – 2016     Durée : 1h40

Paris capitale de la mode, ville Lumière, destination la plus prisée par les couples en Lune de Miel, accueille chaque année plus de 65 millions de visiteurs. Une aubaine pour les professionnels du tourisme qui rivalisent d’imagination pour attirer les clients.

Visites guidées avec de vrais mais aussi de faux guides, articles de souvenirs français bien souvent made in China, ou concurrence féroce entre les bateaux-mouches. Numéro 23 a enquêté sur la la guerre commerciale que se livrent en coulisse les Tour Opérateurs et commerçants. Les touristes sont également des proies tentantes pour les voleurs qui sévissent dans la capitale. Au Champ de Mars par exemple des groupes de jeunes pickpockets détournent l’attention des touristes en brandissant de fausses pétitions, des plans ou des journaux pour détrousser leurs victimes.

Enquête sur les coulisses du Paris touristique.
Revelations –  numero23

L’impact du numérique sur l’emploi non-salarié

Le 9 janvier 2016, Aurélie Aujard,  vice-présidente du syndicat national des guides conférenciers participait sur le plateau de BFM-Business à une émission intitulée :

Essor de l’emploi non salarié , quel est l’impact du numérique ?

Business. – 01Business Forum – L’hebdo, du samedi 9 janvier 2016, présenté par Frédéric Simottel,

en compagnie de Grégoire Leclercq, fondateur de l’Observatoire de l’Ubérisation , Vincent Huguet, co-fondateur et dirigeant de Hopwork, et Frédéric Bianchi, journaliste à la rédaction de BFM.

La video dure 17 minutes, vous pouvez écouter Aurélie Aujard en plaçant le curseur à 4′, puis à 11′.

Cette émission fait suite à la publication de 20 recommandations par le Conseil national du numérique.  le 6 janvier 2016.

Le Conseil national du numérique a formulé, le 6 janvier, vingt recommandations en direction de la ministre du Travail pour s’adapter au numérique dans le monde du travail. Ce rapport préconise notamment la consolidation de la protection sociale à l’endroit des travailleurs « ubérisés », ou encore la création d’une catégorie intermédiaire entre travailleurs salariés et travailleurs indépendants. Le numérique favorise-t-il l’ubérisation de l’emploi ?

Petit résumé de ce que vous pourrez voir sur cette video :

On constate une accélération brutale de l’impact de ce que nous appelons l’ubérisation depuis janvier 2015.
Cette évolution s’accompagne de la destruction d’emplois – en savoir plus
Les emplois recréés seront d’une part des emplois de haute technicité, d’autre part des emplois très peu spécialisés (Livreurs, services à la personne).
Cette évolution suscite des questions sociétales mais aussi sociales , protection des travailleurs, statut, enjeux de formation.
Il faut souligner qu’il faut bien distinguer entre l’économie collaborative qui ne pose qu’un problème fiscal et l’ubérisation qui est une nouvelle offre très intégrée au système capitaliste.
Tout n’est pas négatif dans cette révolution numérique , on peut aussi considérer que le gâteau grossit et que le numérique suscite de nouvelles opportunités.


Nous vous recommandons la lecture de la tribune suivante pour aller plus loin :
Quelle protection sociale à l’heure d’Uber 

On peut également se reporter au rapport de B Mettling :
Transformation numérique et vie au travail Rapport établi par M. Bruno METTLING à l’attention de Mme Myriam El Khomri, Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social – septembre 2015.

décembre 2014 – Les guides-conférenciers ne sont pas concernés par la loi Macron

Mais, l’étude d’impact du 13 novembre 2014, document de travail pour le projet de loi pour la croissance et l’activité, consacrait 3 pages à la suppression des exigences de carte professionnelle pour l’activité de guide conférencier ….. (cf p 71,72,73).

Extrait : Une simplification de ces règles présente des avantages macro-économiques importants en matière d’augmentation de la compétitivité. En effet, il s’agit d’une réduction des barrières réglementaires pouvant ainsi conduire à une plus grande concurrence et, ainsi, renforcer les incitations au développement de l’innovation. Parallèlement, la simplification contribue à l’amélioration de la situation de l’emploi, puisque la réduction des barrières peut faciliter l’accès des jeunes au marché de l’emploi et permettre une mobilité plus forte des professionnels.
IV- Présentation et analyse des impacts des dispositions envisagées
L’activité de guide-conférencier est une profession où les barrières à l’entrée empêchent le potentiel d’emploi de se réaliser. Une première cause est la formation, avec des conditions de diplômes qui peuvent se révéler inadaptées, aussi bien en volume d’offre éducative qu’en adéquation avec les nécessités d’exercice de la profession. Les formations universitaires de guide-conférencier, à savoir les licences ou les masters spécialisés (de type « tourisme et valorisation du patrimoine »), forment environ 200 à 300 étudiants par an. Ce vivier de compétences apparaît assez limité à l’heure ou la profession de guide-conférencier se diversifie. Il est donc nécessaire de permettre à un nombre plus important de diplômés de l’enseignement supérieur d’entrer dans la profession.
Cette adaptation législative permettra de réaliser des économies pour les autorités compétentes comme pour les professionnels. Pour ces derniers, cette transformation est surtout facteur d’accélération de la vie économique puisqu’elle permet un démarrage de l’activité ou du projet plus rapide, dès le dépôt de la déclaration, et ce sans attendre la délivrance éventuelle d’une autorisation d’exercer. Ce gain peut être apprécié par le chiffre d’affaires anticipé perçu grâce à la réduction de ces délais.

En savoir plus : la tutelle du tourisme depuis 2009

Emmanuel Macron, actuel Ministre de l’Economie était en 2008 sous la Présidence Sarkozy, Rapporteur général adjoint de la Commission Attali pour la libération de la croissance française .

Ce rapport propose 300 décisions pour changer la France, les décisions 107 à 113 sont consacrées au tourisme. « Développer le tourisme pour capter une plus grande part de la croissance mondiale dans ce secteur ».

En savoir plus sur les liens entre la loi Macron et les 300 mesures de la commission Attali. 

Finalement, la suppression de la carte professionnelle des guides-conférenciers a été retirée du projet de loi Macron en décembre 2014. Le 17 décembre 2014, M Emmanuel Macron le confirme dans sa réponse à la question de Mme Sophie Dessus, lors d’une séance de la Délégation aux Droits des Femmes.

réponse de M. Macron : « (…) Pour ce qui est des guides-conférenciers et des guides-conférencières le projet de loi ne porte plus disposition sur le sujet. Dans une version antérieure qui avait fuité il y avait des éléments de simplification qui avaient été proposés par le comité compétent de Thierry Mandon. Ces dispositions ont été sorties donc vous pourrez rassurer Madame la Députée, les guides-conférenciers comme les guides conférencières. « 

 

La suppression de la carte de guide-conférenciers a été retirée de la loi Macron, MAIS Les arguments pour la suppression de la carte professionnelle  sont toujours défendus par les  représentants de Bercy aux réunions de concertation organisées par le Ministère de la Culture en 2015.

 

 

12 mai 2015 – Question orale au Sénat sur le devenir de la profession de guide-conférencier

Extrait de la Séance du 12 mai 2015 (compte rendu intégral des débats)

le président. La parole est à Mme Gisèle Jourda, auteur de la question n° 1058, adressée à Mme la ministre de la culture et de la communication.

Mme Gisèle Jourda. Ma question porte sur le devenir de la profession des guides-conférenciers sur notre sol.
Pour le département de l’Aude, le tourisme constitue l’un des axes majeurs du développement économique. Historiquement liés à la mise en exergue du patrimoine audois, les guides-conférenciers sont l’élément moteur de qualité de sa mise en valeur.
Une réforme récente soulève la question de sa déréglementation, laquelle impacte au bas mot une trentaine de guides-conférenciers pour ce qui concerne notre territoire.
La réglementation des métiers du guidage a été réformée par le décret du 1er août 2011 relatif aux personnes qualifiées pour la conduite de visites commentées dans les musées et monuments historiques. Ainsi, les quatre professions réglementées de guide-interprète régional, guide-interprète national, guide-conférencier des villes et pays d’art et d’histoire et guide-conférencier national ont été remplacées par une unique profession, celle de guide-conférencier.
La formation universitaire pour y accéder dispense des enseignements en histoire, en histoire de l’art, en médiation culturelle, en langues étrangères, mais surtout une approche technique du métier qui en garantit la spécificité et la qualité, aboutissant à la délivrance d’une carte professionnelle dont seule l’obtention permet l’exercice du métier de guide.
L’article 10 de la loi du 20 décembre 2014 relative à la simplification de la vie des entreprises a remplacé certains régimes d’autorisation préalable par des régimes déclaratifs. Ce système déclaratif permettra ainsi à toute personne désirant conduire des visites guidées de le faire sans diplôme spécifique, autrement dit sans garantie ni contrôle des compétences et contenus scientifiques. Ainsi, il sera possible de faire visiter la cité de Carcassonne, classée au patrimoine mondial de l’humanité, sans avoir à prouver ses connaissances sur le patrimoine audois.
Cette loi de simplification vise également à simplifier les dispositifs de droits de parole pour les guides étrangers ressortissants de l’Union européenne, mais ce sans valeur de réciprocité et sans qu’aucun contrôle ne soit mis en place pour s’assurer de l’exactitude de leurs propos !

Quel dommage pour notre patrimoine, et quel contresens lorsque l’on connaît notre investissement en vue du classement des châteaux du pays cathare au patrimoine mondial de l’humanité !
L’effet d’aubaine créé par ce texte aura des conséquences dommageables pour la qualité de la profession et, a fortiori, pour les acteurs touristiques locaux qui s’en trouveront affaiblis.
« Affaibli » est le terme adéquat, car la profession de guide-conférencier est déjà soumise à une grande précarité due à la saisonnalité de son activité, mais également à sa nécessaire organisation autour du travail à la vacation ou à la prestation.
N’oublions pas que la plupart des guides-conférenciers sont des travailleurs indépendants, qui contribuent à l’essor économique de notre territoire grâce à leur activité d’entrepreneur. Cette ouverture unilatérale à la concurrence et à la compétitivité menace donc clairement la profession.

C’est pourquoi je souhaiterais connaître les intentions exactes du Gouvernement en la matière. Quel sera le contenu des ordonnances ? Qu’envisagez-vous en termes de modalités de contrôle et de sanctions ? Comptez-vous prévoir des aménagements ?

La parole est à M. le secrétaire d’État.

  1. Thierry Braillard, / secrétaire d’État auprès du ministre de la ville, de la jeunesse et des sports, chargé des sports.

Madame la sénatrice, je ne sais pas si je répondrai à toutes les questions que vous avez posées, mais je vais en tout cas vous donner le point de vue du Gouvernement

Le régime professionnel des guides-conférenciers a connu en 2011 une refonte importante, qui a permis la création d’un statut unique. La délivrance de la carte professionnelle en préfecture sur production de pièces attestant des qualifications, diplômes et formations requis matérialise cette réforme.
Environ 10 000 guides-conférenciers sont actuellement détenteurs de la carte professionnelle.
L’annonce d’une ordonnance supprimant cette carte et instaurant un régime déclaratif se substituant au régime actuellement en vigueur a suscité de nombreuses réactions, notamment de la part des associations de guides-conférenciers.
Redoutant la dégradation des conditions d’exercice de leur métier, la déqualification des prestations et le recrutement d’un personnel insuffisamment formé, les organisations professionnelles du secteur ont immédiatement alerté les services de Mme la ministre de la culture et de la communication. Leurs inquiétudes, relayées par de nombreux parlementaires, mettent en lumière le maillage territorial de cette profession qui participe activement aux enjeux de développement touristique en valorisant le réseau patrimonial français, dont la densité est exceptionnelle.
Au sein d’un comité de pilotage interministériel formé en octobre 2014, Mme la ministre de la culture et de la communication a fait valoir que des pistes d’amélioration de la réforme de 2011 devaient être envisagées, mais qu’elles devaient être concertées avec les organisations professionnelles concernées. Elle a rappelé par ailleurs l’urgence de dispositions spécifiques à concevoir pour les tour-opérateurs établis en dehors de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen.

Les organisations professionnelles représentant les guides-conférenciers ont été reçues à différentes reprises. Le 3 mars dernier, les éléments d’information suivants leur ont été présentés.
Le régime d’autorisation préalable d’exercice du métier de guide-conférencier ainsi que la carte ou le badge professionnel sont conservés, et les évolutions envisagées ne nécessitent pas le recours à un projet d’ordonnance.
Des actualisations seront ainsi apportées à l’arrêté listant les diplômes et les formations requis, en réintroduisant notamment des établissements d’enseignement supérieur du ministère de la culture et de la communication dans la liste des établissements habilités.
Le passage à la dématérialisation de la procédure administrative d’autorisation d’exercer est envisagé à l’horizon 2016, avec la création d’un registre national en ligne.
Ce registre, régulièrement mis à jour, aura également pour vocation de valoriser la profession et ses domaines de compétences. Les organisations professionnelles seront associées à cette transition numérique.

Enfin, Mme la ministre de la culture et de la communication a rappelé qu’un groupe de travail sur les métiers du guidage et de la médiation sera mis en place prochainement.

Telles sont, madame la sénatrice, les éléments que Mme Fleur Pellerin, ministre de la culture et de la communication, m’a demandé de vous transmettre.
le président.La parole est à Mme Gisèle Jourda.

Mme Gisèle Jourda.J’ai bien noté, monsieur le secrétaire d’État, la volonté de concertation et d’association des organismes touchés par cette refonte du métier de guide-conférencier.
Nous serons vigilants à cet égard, car il faut absolument soutenir ces entrepreneurs qui, en réalisant le maillage de notre territoire, assurent la spécificité de l’identité culturelle française.

Video de la question orale de Mme G Jourda 

 

Guides en colère : flashmobs en France et en Italie

En France comme en Italie les gouvernements sous la pression de Bruxelles veulent déréglementer la profession de guide touristique
(en France guide-conférencier) .
Comme les guides-conférenciers français, les guides italiens défendent la spécialisation de leur territoire d’exercice.
Le ministre italien de la Culture, M Dario Franceschini a conseillé aux guides qui se plaignaient d’aller travailler en Slovénie.

En Italie, comme en France les guides touristiques manifestent, les professionnels de Florence ont, les premiers, organisé un flashmob.


5 mars 2015 Flashmob à Florence


15 mars 2015 Flashmob à Rome, piazza di Spagna

400 guides romains ont participé à une flash mob à la Place d’Espagne. Habillés en noir ils se sont disposés sur les marches et soudainement ils ont hissé des panneaux au couleur du tricolore italien, avec écrit « à vendre »! Applaudissement de la place et tous les media au rendez vous, y compris le journal télévisé national.


28 mars 2015 – Flashmob à Milan

1er avril 2015 Flashmob à Paris devant le Sacré Coeur


18 avril 2015 – Flashmob à Côme

16 mai 2015 – Flashmob à Paris 

rassemblement du 28 avril 2015 devant Bercy

 

LES GUIDES-CONFERENCIERS MARQUENT DEUX MOIS DE MOBILISATION DEVANT BERCY, AVANT DE DEMARRER LES DISCUSSIONS AVEC LE GOUVERNEMENT.

 Le 28 avril, pour la NEUVIÈME fois, les guides-conférenciers ont protesté devant le ministère des Finances à Bercy. Il s’agissait de signaler leur colère, en prévision d’une réunion dite de concertation, et non de négociation, qu’ils jugent préparée de manière trop vague.

Le gouvernement invite les organisations professionnelles des guides-conférenciers et guides-interprètes auxiliaires à une réunion de « concertation » à Bercy le 6 mai, dans le but de préparer la réforme de la profession. Mais les guides-conférenciers entendent bien continuer à manifester parce que :

Ils n’ont toujours pas obtenu d’assurance écrite que la réforme prévue respectera les quatre piliers qui permettent d’exercer leur métier sans concurrence déloyale :

·      Maintien des cartes professionnelles et des badges

·     Maintien de l’obligation de possession d’une carte professionnelle pour les visites commerciales dans les musées, les monuments, et les sites historiques

·      Maintien d’une formation locale et spécifique pour l’obtention des cartes professionnelles

·      Gratuité d’entrée, pour les repérages et la formation continue, dans les musées, les monuments et les sites historiques

Ils ne décèlent aucun signe que le gouvernement va procéder, comme il l’a pourtant promis, à un état des lieux de la profession ; et enfin parce que

le gouvernement semble refuser de prendre en considération des décisions et des directives européennes qui, pourtant, protègeraient le patrimoine français et l’exercice du métier de GUIDE-CONFÉRENCIER.

Le syndicat professionnel des guides interprètes conférenciers

 

Mars et avril 2015 : le mardi c’est Bercy

Depuis le 3 mars 2015, les guides interprètes conférenciers se sont réunis tous les mardis de 12h30 à 14 h devant Bercy, siège du Ministère de l’Economie.

Une délégation des guides conférenciers, dont notre syndicat
faisait partie, a été reçue au Ministère de l’Economie le 3 mars 2015 .

La réunion s’est tenue en présence d’un conseiller
de Mme Fleur Pellerin, Ministre de la Culture.
Les guides ont exprimé leurs attentes.

Le Parisien-170315

Le Parisien – 17 mars 2015

Citizenside – Rassemblement du 14 avril 2015

Mobilisation en Centre-Val de Loire

13 janvier 2015 – La République du Centre
La grogne des guides gagne

21 janvier – Nouvelle République d’Indre et Loire
Les guides-conférenciers haussent le ton

2 mars 2015 – La Montagne
Chambord, des guides touristiques manifestent contre la réforme de leur profession

VIDEO. Chambord : les guides-conférenciers manifestent

2/03/2015 Libération
Chambord : des guides-conférenciers manifestent contre la réforme de leur profession

2/03/2015 Var Matin
Chambord : des guides-conférenciers manifestent contre la réforme de leur profession

3/03/2015 La Nouvelle République – Loir et Cher
Chambord : les guides-conférenciers manifestent

3/03/2015 Le journal des Arts
Château de Chambord : manifestation de guides touristiques contre la réforme de leur profession