guides-conférenciers : réponses de 4 des candidats à la Présidentielle

Dans un courrier du 7 mars 2017, le SPGIC a posé aux candidats à l’élection présidentielle la question suivante :
Pensez-vous qu’un guide touristique d’un autre pays européen peut sans formation autre que celle reçue dans son propre pays exercer la profession de guide-conférencier sur le territoire français ?
Nous avons reçu les réponses suivantes de 4 des candidats :


François ASSELINEAU
UPR

Notre réponse à votre question est « Non », nous ne pensons pas qu’un guide touristique d’un autre pays, quel qu’il soit d’ailleurs, puisse exercer sa profession en France sans autre formation préalable. Il n’y aurait aucun inconvénient, au contraire, à ce que des échanges entre pays se fassent, sous couvert d’une formation sérieuse permettant aux intervenants de comprendre les subtilités de la culture du pays dans lequel il ira exercer.


Nicolas DUPONT-AIGNAN
Debout la France

Ma réponse ne soufre d’aucune ambiguïté : les guides-conférenciers titulaires d’une carte professionnelle sont les garants de la diffusion des connaissances artistiques et historiques à tous publics ; leur mission exige une qualification qui doit être reconnue et encadrée. … Dans un pays comme la France, qui renferme un patrimoine culturel fabuleux, et qui, de ce fait, bénéficie de devises par la fréquentation touristique, il est indispensable de sécuriser et pérenniser la profession de guide-conférencier et de ne pas banaliser ses voies d’accès.


Benoit HAMON
Faire battre le cœur de la France

Quant à votre dernière question, au sujet de la profession de guide-conférencier sur le territoire français, il est évident que je défendrai votre exercice sur tout le territoire de l’espace européen. La reconnaissance totale des diplômes, depuis la réforme LMD, est une immense évolution vers la fraternité et la solidarité européenne. C ‘est une avancée majeure et un modèle que je protégerai.

Néanmoins, j’ai conscience de la particularité de votre métier. Les connaissances inhérentes à la culture spécifique de tel ou tel territoire exigent des compétences très précises que tout le monde, à travers l’Europe, ne peut se targuer d’avoir. Et ce malgré d’excellentes salifications.

Soyons pragmatiques, l’exercice de la profession de guide-conférencier sur le territoire français est garanti, pourvu que les compétences et les connaissances spécifiques soient prises en compte. Sans cela, nous ne pourrons jamais défendre la qualité de nos services touristiques nationaux.

Vous comprendrez, j’en suis sûr, le progrès que cette réponse constituera pour l’ensemble de votre secteur.


Jean-Luc MÉLENCHON
La France insoumise

Tout d’abord, nous sommes contre l’autorisation faite aux dirigeants d’employer des salariés détachés en France selon le régime de sécurité sociale de leur pays. D ‘autre part, nous faisons la différence entre guide-accompagnateur et guide touristique.

Pour la France insoumise, pour qu’un guide européen puisse guider sur le territoire français, il est nécessaire qu’il ait suivi une formation spécifique et qu’il se soumette à une procédure d’évaluation des acquis professionnels ou une validation des études supérieures en France permettant l’obtention du diplôme et la délivrance de la carte professionnelle.

Le métier de guide-conférencier ne s’improvise pas, il fait appel à des savoirs et à des savoirs-être qui ne s’improvisent pas. … Éléments de programme concernant les guides-conférenciers à retrouver dans le livret culture page 18