novembre 2015 – Les guides-conférenciers écrivent aux députés européens

Le SPGIC a écrit aux députés européens

La commission européenne souhaite valoriser le patrimoine européen et sa culture. Dans ce cadre, il existe une profession essentielle, celle de guide touristique (guide interprète / guide conférencier).
En effet, seul un guide qualifié, aux compétences reconnues par un diplôme, peut présenter, mettre en valeur, et ainsi protéger le patrimoine dont il assure la bonne divulgation et interprétation. C’est une des recommandations des chartes ICOMOS de l’UNESCO.
Cette profession est cependant en danger. Aujourd’hui, on voit fleurir de nombreux « faux guides », des personnes qui s’improvisent guides sans en avoir la qualification ni la compétence. Ce sont des accompagnateurs guidant un jour dans un pays le lendemain dans un autre, sans la connaissance spécifique à chaque pays ; ce sont des étudiants qui trouvent que c’est un job d’été « fun » ; ce sont des dilettantes qui trouvent que c’est un moyen sympathique de rencontrer du monde etc.
Cela se fait au détriment des véritables professionnels qui perdent leur emploi et donc au détriment de l’économie directe du pays membre de l’UE qui les accueille.
Cela se fait au détriment de (nom du pays) car cela ne rapporte aucun revenu sous forme de taxes, impôts, cotisations.
Cela se fait au détriment du patrimoine et du tourisme en (nom du pays) car rien ne garantit ce qui est raconté aux touristes, et la promotion du reste du pays n’est pas assurée.
Pour ces raisons, nous vous sollicitons aujourd’hui afin de protéger la profession de guide touristique.
Notre requête est simple : établir un statut juridique du guide touristique (guide interprète/ guide conférencier), basé sur des normes européennes déjà existantes : EN 13809 et EN 15565. Ce statut remplirait un rôle social de protection des professionnels assurant la promotion de (nom du pays) comme destination touristique mais il garantirait également l’emploi en (nom du pays) et le maintien en (nom du pays) des revenus générés par le tourisme.
Nous espérons avoir retenu votre attention et que vous soutiendrez notre démarche.

Le syndicat SPGIC

Suite à ce courrier des parlementaires ont interrogé nos ministres de tutelle.