Les « collarless workers » : les nouveaux précaires de l’industrie touristique

Extrait de la chronique de Josette Sicsic (Touriscopie) du 4 septembre 2015

Extrait :

« les start-ups positionnées sur la mise en relation de « local guides » ou de personnel de ménage pour les offreurs de logements privés, de type Airbnb, en font autant.

S’appuyant sur le statut d’auto-entrepreneur réclamé à leur personnel, elles évitent soigneusement les affres des dépenses sociales !

Mais la fête pourrait bien tourner court. Car, malgré la pénurie d’emplois, nos pays ne sont pas totalement prêts à sacrifier 150 ans de luttes sociales. »

A lire en ligne