juillet 2017 -Nouvelles conditions de réservation groupes au Musée du Louvre

Communiqué du SPGIC


Ayant pris connaissance des nouvelles conditions de réservation au Louvre, nous constatons qu’elles pénalisent gravement les guides indépendants (ainsi que les agences qui emploient des guides-conférenciers).
C’est pour cette raison que nous vous invitons à soutenir sans ambiguïté, à diffuser et à signer la pétition de la FNGIC.

Nous sommes parfaitement d’accord avec l’esprit dans lequel elle a été rédigée.

Par ailleurs, nous avons demandé un RV au Louvre afin de soulever ce point parmi d’autres.

Solidairement vôtre !

Syndicat Pro GIC

guides-conférenciers : réponses de 4 des candidats à la Présidentielle

Dans un courrier du 7 mars 2017, le SPGIC a posé aux candidats à l’élection présidentielle la question suivante :
Pensez-vous qu’un guide touristique d’un autre pays européen peut sans formation autre que celle reçue dans son propre pays exercer la profession de guide-conférencier sur le territoire français ?
Nous avons reçu les réponses suivantes de 4 des candidats :


François ASSELINEAU
UPR

Notre réponse à votre question est « Non », nous ne pensons pas qu’un guide touristique d’un autre pays, quel qu’il soit d’ailleurs, puisse exercer sa profession en France sans autre formation préalable. Il n’y aurait aucun inconvénient, au contraire, à ce que des échanges entre pays se fassent, sous couvert d’une formation sérieuse permettant aux intervenants de comprendre les subtilités de la culture du pays dans lequel il ira exercer.


Nicolas DUPONT-AIGNAN
Debout la France

Ma réponse ne soufre d’aucune ambiguïté : les guides-conférenciers titulaires d’une carte professionnelle sont les garants de la diffusion des connaissances artistiques et historiques à tous publics ; leur mission exige une qualification qui doit être reconnue et encadrée. … Dans un pays comme la France, qui renferme un patrimoine culturel fabuleux, et qui, de ce fait, bénéficie de devises par la fréquentation touristique, il est indispensable de sécuriser et pérenniser la profession de guide-conférencier et de ne pas banaliser ses voies d’accès.


Benoit HAMON
Faire battre le cœur de la France

Quant à votre dernière question, au sujet de la profession de guide-conférencier sur le territoire français, il est évident que je défendrai votre exercice sur tout le territoire de l’espace européen. La reconnaissance totale des diplômes, depuis la réforme LMD, est une immense évolution vers la fraternité et la solidarité européenne. C ‘est une avancée majeure et un modèle que je protégerai.

Néanmoins, j’ai conscience de la particularité de votre métier. Les connaissances inhérentes à la culture spécifique de tel ou tel territoire exigent des compétences très précises que tout le monde, à travers l’Europe, ne peut se targuer d’avoir. Et ce malgré d’excellentes salifications.

Soyons pragmatiques, l’exercice de la profession de guide-conférencier sur le territoire français est garanti, pourvu que les compétences et les connaissances spécifiques soient prises en compte. Sans cela, nous ne pourrons jamais défendre la qualité de nos services touristiques nationaux.

Vous comprendrez, j’en suis sûr, le progrès que cette réponse constituera pour l’ensemble de votre secteur.


Jean-Luc MÉLENCHON
La France insoumise

Tout d’abord, nous sommes contre l’autorisation faite aux dirigeants d’employer des salariés détachés en France selon le régime de sécurité sociale de leur pays. D ‘autre part, nous faisons la différence entre guide-accompagnateur et guide touristique.

Pour la France insoumise, pour qu’un guide européen puisse guider sur le territoire français, il est nécessaire qu’il ait suivi une formation spécifique et qu’il se soumette à une procédure d’évaluation des acquis professionnels ou une validation des études supérieures en France permettant l’obtention du diplôme et la délivrance de la carte professionnelle.

Le métier de guide-conférencier ne s’improvise pas, il fait appel à des savoirs et à des savoirs-être qui ne s’improvisent pas. … Éléments de programme concernant les guides-conférenciers à retrouver dans le livret culture page 18

 

 

 

 

 

Comment améliorer l’attractivité de la France ?

Point de vue d’une guide-conférencière

Pour moi, l’attractivité de la France serait déjà que les touristes s’y sentent bien accueillis et en sécurité.

Dès l’aéroport ou la gare, il manque du personnel pour renseigner, il manque de guichets. A Paris, le pompon va à la RATP qui remplace par des guichets « information » ceux de vente. De nombreux guichets sont même supprimés. Alors les touristes ont intérêt à avoir des cartes bancaires qui marchent. C’est une régression scandaleuse qui ne touche d’ailleurs pas que les touristes.

Le deuxième problème est la sécurité : travaillant surtout avec des touristes asiatiques, depuis 19 ans, j’ai pu remarquer la dégradation de la situation et donc de l’image de Paris et de la France. Un chef de groupe philippin racontait récemment qu’il se disait dans son pays qu’on ne connaissait pas les pickpockets tant qu’on n’avait pas été à Paris. C’est exagéré mais la réputation de Paris est exécrable et mon métier a changé dans ce sens que je dois veiller tout le temps à ce que mes clients soient attentifs sans pour autant les faire tomber dans la paranoïa. Tous mes clients s’ils font le tour de ville le matin sont presque sûrs d’être harcelés par des pickpockets à l’angle des avenues des Champs-Elysées et de Friedland ou sur le Champ-de-Mars. Quand on prévient nos clients que les pickpockets sont là tous les jours et qu’ils les voient, le plus difficile est d’essayer de répondre à leur question sur pourquoi rien n’est fait. Il y a un total déni de la gravité du problème de la part des autorités ou du je-m’en-foutisme. Il serait bon que nous proposions à notre personnel politique et autres responsables de faire un tour de Paris avec nous, guides, pour constater l’ampleur du problème ! .

Grands événements à Paris ? 
Si Paris n’est même pas capable d’offrir des lieux de dépose dignes de ce nom en temps normal que ce soit pour Notre-Dame ou Montmartre, il faut oublier l’idée d’organiser tout événement d’envergure dans cette ville, a fortiori des Jeux Olympiques.

Par contre, il faudrait faire des campagnes importantes pour promouvoir des sites d’exception hors Ile-de-France, en s’appuyant en particulier sur les sites inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO. De même, faire des campagnes pour développer les croisières fluviales ne serait-ce qu’auprès de la clientèle française (car pour l’instant cela concerne surtout la clientèle étrangère). Ce type de tourisme lent devrait correspondre aux objectifs de la COP21.

Isabelle N
Guide-conférencière

Des acteurs du tourisme témoignent en faveur des guides-conférenciers

Patrick VICERIAT, Président et Alain BORET Membre du CA de l’AFEST
Dévaloriser la Profession de Guide du Tourisme : une erreur « monumentale »

Patrick COURTIN, enseignant, responsable de licence professionnelle Guide-conférencier, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Brice DUTHION, maître de conférences, responsable de licence professionnelle Guide-conférencier, Conservatoire national des arts et métiers , Sylvain ZEGHNI, maître de conférences, responsable de licence professionnelle Guide-conférencier, Université Paris Est Marne la Vallée
Contre la “réforme” du statut de guide-conférencier

Maryse RANCOUD ,TOORISSIME VOYAGES – Sallanches
Ancienne guide/accompagnatrice et actuellement responsable de 2 agences de voyages , je soutiens entièrement cette manifestation dont on ne parle pas ou très peu. Il est vraiment déplorable d’envisager une telle loi. Le tourisme est un des moteurs de notre économie. Il continue toujours à être traité comme le parent pauvre de l’économie française , tant au niveau des salaires que de la reconnaissance de nos politiques. Ce qui fait notre force c’est notre patrimoine historique/culturel/diversité/notre image forte dans le monde entier dans le domaine de l’hôtellerie, restauration, prêt à porter , bien vivre , synonyme de référence à copier ou imiter. Cette profession nécessite une haute qualification (je parle en général) et ne peut être banalisée à ce point !Les guides/accompagnateurs permettent de transmettre notre patrimoine et sont l’image principale que les visiteurs perçoivent et retiennent. En conclusion les mesures envisagées sont à la hauteur de ce que l’on pense de nous tous dans cette profession…